La joie, un concentré d’énergie positive !

La joie est la première émotion qui nous vient en tête lorsque nous parlons d’émotion positive. Pour autant, la connaissons-nous vraiment ?

La joie fait partie des émotions expansives : elle nous aide à créer des liens avec les autres et nous permet de porter de l’intérêt à l’autre. Comme toutes les émotions, la joie nous envoie un message sur des caractéristiques de notre environnement. Ici, ce qui nous a procuré de la joie est bénéfique, c’est un bienfait pour nous. En l’identifiant, nous pourrons alors plus facilement le reproduire à l’avenir.

Outre le fait de nous renseigner sur ce qui est bénéfique pour nous, elle nous protège aussi des ressentis négatifs que nous pourrions ressentir. Pourquoi cette inhibition ? Tout simplement pour maintenir un état de bien-être optimal. Ressentir de la joie nous permet aussi d’accroître notre énergie. Ainsi, nous nous fixons des buts plus variés, plus ambitieux et nous accomplissons avec plus de facilité nos objectifs.

La joie n’est pas simplement un état d’esprit. Au niveau corporel elle entraîne la production de tout un tas d’hormones : la sérotonine, hormone de la bonne humeur ; l’adrénaline, hormone de l’excitation ; la dopamine, hormone du plaisir ; ou l’ocytocine, hormone du lien social.

Nous connaissons aussi tous les principales manifestation de la joie : le sourire tout d’abord, mais veillons à ne pas négliger le rire ! Ce dernier lutte contre les idées noires, aide à réguler l’humeur, et améliore la qualité du sommeil. De même, le rire est un excellent anti-douleur : qui n’a jamais fait rire un enfant qui venait de chuter et qui pleure à chaudes larmes pour lui faire oublier sa souffrance ?

Malgré tout ce que l’on sait sur la joie et toutes ces petites actions qui nous mettent du baume à coeur, nous ne sommes toujours pas très forts pour prédire ce qui nous rendra joyeux. Des études ont montré que nous nous attendons à ce que des évènements positifs nous rendent plus heureux que ce qui n’est en réalité le cas. Par exemple, trouver ou perdre notre partenaire amoureux, obtenir un meilleur poste ou non, réussir ou non notre examen sont autant de choses qui impactent moins notre bonheur que ce qu’on imagine. De même, une autre étude montre que très peu d’expériences nous affectent plus de trois mois. Notre estimation est aussi faussée sur la durée de ressenti d’un bonheur.

 

En somme, la joie est une émotion que nous devons cultiver jour après jour : pour ses bienfaits, premièrement, mais aussi parce qu’elle n’est pas inépuisable !